Confessions d’une fille actuelle (2)

Le prof annonce qu’il y’aura bientôt un qcm sur tout ce qu’on a vu aujourd’hui. Je guette ma feuille blanche…mouais. Je sens qu’on va s’amuser. Me retournant brusquement vers Mike mon voisin, j’entreprends une approche sensuelle pour obtenir ses notes.

« -Hey

Il me guette méfiant

-Que veux tu femme ?

Je pouffe de rire (il me faut bien ces notes et les hommes ont la stupide habitude de ne pas remarquer quand on simule…le rire et toute une autre panoplie de sentiments).

-Tu sais, le qcm qu’il vient d’annoncer la … il portera sur tout tout ?

Il lève les yeux au ciel. Dans le style cruche je crois que je bats les records parfois.

-Tout ce qu’on a vu aujourd’hui oui. Mais vu que tu ronflais paisiblement (comme à chaque fois d ‘ailleurs) tu es mal barrée. Tu ferais peut être mieux de te rendormir et de cocher au hasard les cases pour le qcm la semaine prochaine; Amstramgram sera parfait… »

Sur ces paroles aimables, il me toisa et se replongea dans ses cahiers. Oui je sais ce que vous vous demandez : Mike est-il un garçon? Ou une espèce de salope aigrie ? Eh bien croyez le ou non mais je n’en sais rien. Jusqu’à ce jour personne en classe n’avait pu déterminer la réelle nature de cet individu. Dans les normes, quand une jolie fille demande quelque chose à un garçon il s’empresse de lui répondre car il faut se l’avouer, il espère toujours une contrepartie à long terme. Mais Mike… Peut être est ce parce qu’il est incroyablement boutonneux, laid et qu’aucune fille ne s’intéresse à lui qu’il agit comme le dernier des crétins. Le seul truc bien chez ce mec c’est qu’il est aussi fort qu’un gosse de 9 ans (avec le physique qui va avec), il est donc aisé de lui prendre n’importe quoi et de le brutaliser même au besoin. J’arrache donc sans scrupule la pile de notes qu’il a soigneusement rédigé et je me les fourre dans mon sac.

« Hey rends moi ça » chuchote -t-il (Même dans un pareil moment de détresse il ne faut Surtout pas déranger M Franklin dans ses envolées lyriques sinon gare à nous)

« Je les photocopie et je te les rends , calme toi  »

Il enrage je crois mais ce n’est pas facile à dire, vu d’ici il a juste l’air aussi moche que d’habitude. Enfin bref une bonne chose de faite.

Mon téléphone vibre.

[ Ouais je suis en cours mais ça me saoule; Tu veux un shoot alors qu’il est même pas 11h?]

Carla et sa morale des heures. Pour elle le matin on doit ni boire ni fumer ni faire quoi ce soit d’amusant; En revanche dès 19h c’est open mind, elle était toujours la première à commettre tous les excès dès que le jour baissait d’ailleurs. Mais pas le matin svp voyons. .J’ai jamais compris ses règles idiotes.

[On se retrouve au restau de Dan dans 15mn alors, j’ai faim]

Message envoyé à Carla

[Ok ça marche 😉 ]

Je lance un coup d’œil à l’horloge géante au dessus du tableau. Ah mais ça va j’ai pratiquement assisté à tout le cours. Il reste que 1h . Bon 45mn de sommeil ça compte aussi pour votre information. Je rassemble donc paisiblement mes affaires et m’extirpe de la salle par la porte arrière laissant un Mike furieux et une classe à moitié endormie.

12H15 Chez Dan

Ca fait plus d’une heure que Carla et moi on rigole; Confortablement assises à l’intérieur de notre restau préféré, on sirote des cocktails faits maison. Elle a de nouvelles boucles d’oreilles, ça lui va bien. Elle me regarde, tête penchée sur le coté avec un air amusé. Il fait frisquet, elle a noué une grosse écharpe autour de son cou et relevé ses cheveux en un chignon haut. Ses yeux sont légèrement fardés et son teint, mât. Elle est plus sobre que d’habitude, tout de gris vêtue. Elle me rappelle ma mère.

« -Pour en revenir à ce que je disais, tu n’as vraiment pas besoin de plus de problèmes dans ta vie. Arrête d’essayer de tomber enceinte. Quand ça t’arrivera , rien ne sera plus jamais comme avant. Responsabilités, un mot que tu n’aime déjà pas, combien de fois quand il concernera un petit être fragile?

-T’as raison mais je sais pas, j’ai ce besoin en moi depuis un certain temps…

-Etre maman? à 22ans?? avec ZACK comme père?

Ses yeux se sont écarquillés quand elle a dit Zack. Ca m’amuse. Je pouffe.

-Zack est le candidat idéal. Il est beau, en bonne santé , a de magnifiques yeux et un sourire à tomber

-Les critères de sélection fondamentaux du bon père de famille quoi.

J’aime pas quand elle est sarcastique .

-Il a aussi un boulot et il gagne bien sa vie. Et à ce jour aucun antécédent familial de maladie comme le cancer, le diabète ou Alzheimer

Elle fronce le nez, mes arguments ne l’ont pas convaincue

-Oui mais il ne veut pas forcément être père tout de suite. As-tu déjà pensé à ça? Et puis t’as t il au moins déjà dit qu’il t’aimait?

Il fait plus froid tout d’un coup. L’air s’est alourdi. Une bourrasque s’infiltre dans le lieu bruyant. Quelqu’un vient surement d’entrer.

-Tu sais bien qu’on s’aime tous les deux Carla

Sa voix a changé

– Oui mais pas de cette façon la… »

Son téléphone sonne. C’est surement Joey , son copain. Je souffle trois secondes. Parler de ma « relation » avec Zack est toujours aussi fatiguant. Faire face à la vérité, j’aime pas beaucoup; Je suis une rêveuse, je le sais , mais c’est bien la seule chose que je ne veux surtout pas perdre chez moi.

Carla a raccroché. Le sourire est peint sur ses lèvres; Je me méfie directe.

« Ne te fâche pas ma chérie mais aux grands maux les grands remèdes. J’ai quelqu’un à te présenter »

Je déglutis car je sens une présence derrière moi. Je fusille mon amie du regard. Elle et ses coups foireux. Surement un des amis de la fac de médecine de Joey qu’elle compte encore me refourguer. Le dernier avait fini avec un œil au beurre noir pour avoir essayé de vérifier « scientifiquement » que mes seins étaient naturels…il m’avait juste ploté à notre premier rdv en gros. Le con.

Je me retourne , la mine renfrognée prête à rencontrer le mystérieux personnage à qui Carla souriait bêtement par-dessus mon épaule. Mon cœur faillit rater un battement quand nos yeux se croisèrent.

Le jeune homme debout face à moi est tout simplement MA-GNI-FI-QUE; Les cheveux coupés en brosse, il a mâchoire carrée. Ses yeux sont d’un bleu aussi clair que la mer ; son regard est franc et envoutant. Il a une peau bronzée, d’où vient il? il ne fait jamais beau dans cette satanée ville. Il porte un costume parfaitement taillé qui lui va comme un gant et un impair par-dessus. Je remarque tout de suite sa montre , une Rolex en or, la même que celle de Zack. Je grimace. Mais c’est de courte durée car je tombe sur ses lèvres, couleur de paradis surement car jamais je n’avais vu de lèvres aussi bien dessinées et aussi désirables. Je mords les miennes doucement pour me contrôler. Je vois qu’il me dévisage l’air intrigué. C’est la panique directe, qu’y a-t-il? de la bave s’échappe de ma bouche?(Fort probable), Ai-je un truc coincé entre les dents? Aurait il par le plus grand des miracles percé à jour le bouton frontal que je me suis efforcée de maquiller ce matin tant bien que mal? QUOI QU’EST-CE QU’Il FIXE?

« Vous avez de très beaux yeux Mademoiselle »

Je dois rêver. Je cherche de l’air, mon souffle semble s’être considérablement réduit. A qui il s’adresse? à moi? Je n’ai qu’une envie, lui répondre…et accessoirement lui sauter dessus ; Mais dans les deux cas je suis empêchée car je n’arrive ni a émettre de son, ni à bouger. Il me fixe toujours et à présent il a dévoilé 2 rangées de dents étincelantes. Ca n’aide pas. Je me décide enfin a prendre une bouffée d’air et à répondre quand soudain Dan, le propriétaire du restau apparaît.

« Salut James, t’es en retard. On monte stp, n’embête pas mes clientes »

Je n’ai pas le temps de tout suivre, mon cerveau doit être toujours sous le choc. Je me rends juste compte que l’apollon a disparu dans la cage d’ascenseur avec Dan , laquelle se referme rapidement sur les deux hommes. Je me retourne lentement vers Carla, elle aussi apparemment ravie par l’apparition du mystérieux James.

« -C’est lui que tu voulais me présenter?

-Ne sois pas ridicule Typh, je n’ai pas ce genre d’homme dans mon répertoire. Si c’était le cas tu le saurais. C’était qui bon sang?

Je jette un coup d’œil désespéré vers l’ascenseur. Il n’est déjà plus la.

-Je sais pas mais il est juste à tomber par terre

-Je me le ferais bien lui; c’est où et quand il veut , dit Carla l’air amusée

-Je veux bien te croire. Je dois lui faire un bébé à lui. »

On éclate de rire toutes les deux.

La suite au prochain post 😉

© Copiright Alice Oyono (managée par la société GNA Communication, Yaounde Cameroun – contact : gnacommucation@gmail.com )

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s