#Chronique 05 : #Afrique : Eldorado du paiement mobile

Capture d’écran 2014-11-10 à 21.00.25


Chers lecteurs assidus de mes « petits carnets »,

Aujourd’hui nous allons nous attarder (le plus synthétiquement possible bien sûre) sur le paiement mobile en Afrique. Dans un premier temps, nous allons revenir sur les principaux termes de ce nouveau thème.

Commençons par l’Afrique. Bon… Pas besoin de vous la définir ou décrire. C’est un continent composé de 54 pays. Sa situation économique et politique n’est plus à décrire non plus. En effet,  si vous écoutez les médias de manière régulière, ils vous diront que, l’Afrique oscillant entre problèmes politiques, efforts de développement économique (mitigés en fonction des pays), maladies épidémiques et pauvreté est aujourd’hui l’un des continents avec le plus d’avenir. Un peu cliché comme description non ? Enfin bref ! Cette même Afrique réunit et réunira une quantité d’individus encore plus importantes d’années en années. Pour ceux qui veulent des chiffres précis, on compte plus d’un milliard d’habitants et on en comptera 2,4 milliards en 2050. Et en 2100 : un humain sur trois sera africain. Mais, ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est le paiement mobile (M-Bankng). Dans un post précédent intitulé « En Afrique le mobile a tout compris » je m’étais attardée à expliciter quelques éléments sur la présence du mobile en terre africaine. J’ai notamment abordé la question du M-Banking (paiement mobile) comme l’un des facteurs clefs du succès de l’extension du mobile. C’est donc maintenant le moment d’en savoir plus sur ce fameux M-Banking.

Quelques éléments de contextes…

Le taux de pénétration du mobile en Afrique est remarquable, 80% (toutes les sources en fin d’article). Face à cette percée, de nombreuses entreprises se sont développées au niveau local afin d’user du mobile pour arriver à bout de certains tracas quotidiens. Les best-practices reviennent aux structures qui proposent à leurs clients des services de paiement mobile. Le paiement mobile est à la croisée entre le secteur bancaire et le secteur des télécommunications. Le principe est assez simple. A proximité comme à distance, les individus qui ont recours au M-Banking ont la possibilité de payer pour des services diverses ou pratiquer des envois d’argent. Il s’agit d’une sorte de porte monnaie virtuel. Ce principe a séduit « les lettrés comme les illettrés » à travers l’Afrique, mais surtout en Afrique de l’Est où l’on retrouve le leader mondial du M-Banking, M-Pesa.

Panorama des opérateurs du paiement mobile / M-Banking 

Le M banking est simple, rapide, fiable et sécurisé. Il demande aux individus d’avoir  une connaissance des rouages d’un téléphone mobile basique. Etant donné l’explosion du nombre d’usagers de téléphones mobiles, la couverture  telecom de plus en plus étendue même dans les zones les plus reculées (60% des 400 000 villages africains sont couverts par le réseau télécom), l’offre financière proposée par le paiement mobile est un moyen d’atteindre des populations pour l’instant largement non bancarisées. Il permet entre autre de : payer le salaire journalier des travailleurs, le paiement de la course des taxis, le transfert d’argent aux proches et bien d’autres services. Les opérateurs mobiles également s’en sont emparés. C’est le cas de « Orange Money » qui est un système de transfert d’argent proposé au sein des pays d’Afrique où est présent le Groupe Orange. Les souscripteurs à cette option déposent l’argent au près d’agents de l’opérateur orange et peuvent ensuite l’utiliser pour effectuer des transferts d’argent, payer leurs factures ou encore acheter du crédit téléphonique. D’autres opérateurs ont eux aussi développés des solutions parallèles, c’est le cas de MTN et  la Standard Bank en Afrique du Sud qui proposent un principe de « MTN Banking » . Autres opérateurs, NTT DoCoMoqui lui aussi, depuis 2004, propose des options de porte monnaie à l’aide d’un principe de paiements sans contacts.

L’Afrique l’eldorado du paiement mobile 

L’Afrique peut clairement être définie comme l’Eldorado du paiement mobile. Alors qu’il a encore du mal à trouver ses marques dans les autres continents, le M-Banking a su séduire les différents citoyens africains. Les plus développés dans ce volet technologique sont les pays d’Afrique de l’Est. En effet, selon un rapport  de la Cnuced (Conférence des nations unies pour le commerce et le développement) on comptabilise en 2012 plus de 130 systèmes de paiements lancés à travers le monde. Le confinent africain à lui seul serait à l’origine de plus de la moitié de ces initiatives. En Afrique de l’Est seulement on en décompte une quinzaine. En effet, l’Association des opérateurs mobiles utilisant le GSM, explicitait dans une étude de 2011 que  80% des transactions effectuées sur mobile ont pour origine les pays d’Afrique de l’Est. Vous me comprenez donc l’Afrique est le lieu même où la technologie du paiement mobile connait le plus grand essor. Les achats de cartes SIM augmentent de jour en jour avec près de 735 millions de cartes SIM recensées en Afrique. A contrario même pas 20% des africains utilisent un compte bancaire. Ce système, considéré comme un luxe est réservé essentiellement à des personnes dont la situation et les revenus sont fiables et surtout stables. Ainsi, afin de transférer, transporter de l’argent ou juste payer une facture, l’usage des cartes de crédit reste très peu démocratisé/accessible. De ce fait, la percée du mobile étant exponentielle, des pays tels que la Tanzanie et le Kenya font figure d’exemple  et en profitent  notamment avec 4 plateformes de paiement mobile chacun et respectivement 17,8 millions et 9,2 millions d’abonnés, soit 44 % et 49 % de leur population.

L’Exemple de M-Pesa au Kenya

Impossible d’aborder la question du paiement mobile sans parler de M-Pesa. Ce système kenyan est l’un des plus développé et abouti au monde. Il est utilisé par de nombreux utilisateurs (plus de 14 millions selon des chiffres datant de 2012) afin de régler leur facture, payer leur taxi et transférer de l’argent. Il procure au commerçant comme au client une certaine sécurité dans la transaction. Son activité est en croissance continue, on dénote un bond de plus de 20% de celle ci au premier semestre de l’année dernière. En effet, le système de M-Pesa a tout simplement créé un pont entre la pénétration mobile et la croissance économique de ce pays. On compte plus de 650 millions dollars de transaction tous les mois. Aujourd’hui les activités de M-Pesa sont de plus en plus nombreuses. Toujours dans le but de démocratiser  le système financier, l’opérateur offre désormais la possibilité de souscrire à l’offre M-Kesho qui n’est nul autre qu’un compte épargne sur mobile en partenariat avec Equity Bank.

Alors que l’Afrique a longtemps été à la ramasse en terme de nouvelles technologies, il semblerait qu’elle est enfin trouvée son secteur d’excellence. Aujourd’hui, à l’heure où certains géants africains du paiement mobile tels que M-Pesa s’apprêtent à conquérir l’Europe (Roumanie) certains défis majeurs de l’expansion subsistent. Notamment l’extension à toute l’Afrique de la technique dans un écosystème fiable tout en trouvant l’équilibre  nécessaire entre l’offre, le client et les partenariats tissés autour du M-Banking notamment avec les banques ou les commerçants.

A bientôt pour un prochain post.

Follow me on twitter @Stella_Onana

© Copiright Gaëlle ONANA (gnacommunication@gmail.com)

Sources :

www.lepaiementmobile.com

www.agefi.fr 

www.challenges.fr 

www.afriquetechnologie.com

Publicités

4 commentaires

    1. Je prends les propositions, mais je pense aborder les difficultés que rencontrent les membres de la diaspora en rentrant dans leur pays après leurs études. (en prenant pour terrain d’étude le cameroun).

      Et aussi dans un autre article, l’essor de la communication de mass (notamment les agences) en Afrique francophone.

      J'aime

  1. Bonjour,
    L’article permet de nous permet de comprendre le deploiement actuel du M-Banking partout en Afrique. Il ressort aussi un paradoxe apparent, ce sont les compagnies de telecommunication qui en plus de la telephonie et internet detiennent pratiquement le monopole du numerique en Afrique ! On peut donc legitimement se poser la question, ces compagnies ne bloquent elles pas implicitement l’access moins cher a internet ? Parce que le non access a internet des populations oblige les potentiels entrepreneurs a deployer sur la seule infrastructure la plus accessible : Le mobile. Mais cet avantage des majors tels que MTN ET ORANGE n’est il pas temporaire ? Que se passera t-il lorsque Google et Facebook auront mis en pratique leur solution d’access a internet gratuit partout en Afrique pour developper leur propre croissance ? Avec l’existence des application comme Whatsapp ou Viber, leur croissance ne vas t-elle pas chuter ? Et comment les jeunes entrrpreneurs africains compte s’attawuer a cet enorme marche ? Pour finir, les Etats africains ne sont ils pas complices des majors telecoms ?

    Aimé par 1 personne

    1. Les questions sont très pertinentes.
      Je pense que la question du financement du numérique est à prendre en compte. Il y a tout à faire, et les infrastructures numériques ne sont pas faciles à mettre en place et sont très couteuses. Prenons l’exemple de l’Europe. Des géants tels que Orange engagent aujourd’hui un bras de fer avec les institutions européennes contre tout d’abord la multiplicité des opérateurs, mais aussi le non contrôle des prix. En effet, la course à la concurrence est certes profitable pour le consommateur en terme de prix mais ne l’est pas en terme d’innovation. Mais le véritable problème selon moi est qu’il faudrait que l’expansion du numérique soit partie intégrante du budget de l’état et rentre dans le plan de développement. Afin que certaines infrastructures puissent être développées par les services publics et incitent les opérateurs privés à venir investir. Je pense qu’il faut leur donner envie de parier sur l’Afrique comme terre d’innovation et de développement en terme de numérique. Et ce n’est pas chose facile.

      PS : Désolé du retard de réponse, le commentaire m’avait échappé.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s