« C’EST POUR LES WAKAS »

Je me suis récemment laissée convaincre de regarder W.A.K.A le dernier petit bijou camerounais ; «  un film primé dans plusieurs festivals à l’étranger. La réalisatrice, Françoise Ellong est une femme talentueuse, il y a eu beaucoup de bruit autour et j’ai la possibilité de le voir. Ça vaut vraiment le coup » tel a été le discours plus qu’enthousiaste que Gaëlle m’a tenu il y a quelques heures.

Allons bon, un film camerounais ! Basiquement pas fan ; à tout casser j’ai dû en regarder 2 cette année et c’était plus pour avoir  de la conversation qu’autre chose. Autant dire que je n’étais pas très emballée, d’autant plus que les films 237 sont connus pour leur amateurisme cuisant (entre dialogues assommants et scénarios peu reluisants sans oublier un jeu d’acteur atterrant). Je finis quand même par céder et c’est parti  pour une séance ciné. Gaëlle est ravie.

Dès les premières images du film, je suis agréablement surprise : la couleur, nette mais sombre attire mon attention. Je félicite le choix d’ambiance un peu glauque qui fait facilement passer cette première scène pour un polar étranger. Quelques minutes plus tard, mes angoisses sont confirmées : les acteurs récitent leur texte au lieu de le jouer ! Pire même, le texte est trop bien écrit (français un peu trop soutenu pour cadrer avec la réalité de notre contrée). Mais bon je finis par m’en accommoder, et au fil du temps, commence à trouver marrant tous les efforts déployés pour  européaniser un peu ces dialogues.

C’est l’histoire de Mathilde, jeune serveuse tombée enceinte précocement d’on ne sait qui. Incapable de conserver son emploi, elle se retrouve dos au mur et décide de mettre fin à sa grossesse ; c’est alors que Luc, un jeune homme qui passait par là, la surprend dans son désarroi et l’empêche de commettre  l’irréparable. Mathilde deviendra maman d’un adorable petit garçon et devra se battre pour l’éduquer, le nourrir et lui offrir un toit. Livrée à elle-même, La jeune femme se résoudra à embrasser le monde de la nuit, avec tous ses strass et paillettes mais aussi ses milliers d’épines ; Ainsi, par amour pour son fils, Mathilde deviendra Marylin, fille de la nuit, prostituée, WAKA …

Ce film je l’ai perçu comme une excursion dans le monde désormais plus si tabou que ça, du plus vieux métier du monde. WAKA met un visage et surtout une histoire sur ces jeunes filles désabusées qui ont fait le choix de s’abandonner entièrement à la chair afin de s’en sortir. Se sortir de quoi vous me direz ? De la misère éventuellement ; certes pour retomber dans une autre forme de misère (celle de l’âme) mais se dépatouiller quelque peu quand même de leur situation initialement précaire.

En bref, WAKA a été un bon film dans l’ensemble pour moi. Les dialogues, on l’a senti, ont été bien écrits et bien pensés ; les acteurs bien choisis (je me suis surprise à m’attacher à Luc et à avoir mal à la place de Mathilde en salle d’accouchement) ; Le scénario était aussi bien pensé, cohérent, avec une intrigue et un dénouement que moi (grande cinéphile blasée) n’était pas parvenue à prédire. Le petit plus pour moi dans cette production était vraiment le rendu de l’image, sombre, donc automatiquement dramatique (pile ce que j’aime). Je vous conseille dc vivement ce film et adresse mes encouragements à la Réalisatrice ainsi qu’à toute son équipe. Puissent quelques âmes égarées tirer une leçon de ce film , ou pas ; après tout, c’est le plus vieux métier du monde ,il a toujours trouvé preneuse…

Vous pouvez partager vos commentaires ici ou  en timeline sur Twitter  #WAKALeFilm!

Par alice_oyono

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s