Confessions d’une fille actuelle (14)

13H15

J’émerge de mes pensées brusquement quand le chauffeur de James m’ouvre la portière; apparemment on est arrivés chez Cycie , une boutique de mode huppée dans le centre ville. J’ai passé tout le trajet à me demander si oui ou non je devais aller à ce gala de charité avec Voldemort. D’ailleurs, pourquoi il n’y va pas avec sa femme?

« Entre nous c’est purement professionnel » qu’il m’avait dit… qu’est ce que c’est sensé vouloir dire d’abord? En tout cas, pour l’instant j’ai une robe à acheter ; pour ça au moins je n’ai aucune question à me poser. Je m’extirpe rapidement du cylindré  à la grande satisfaction du chauffeur qui commençait à s’impatienter à porte.

Chez Cycie c’est toujours l’effervescence à cette heure ci ( la pause déjeuner). On pouvait y croiser 3 types de femmes: des jeunes filles  qui avaient mis de coté pendant des mois pour s’offrir LA robe de leurs rêves, des jeunes femmes modeuses, habituées des lieux qui cherchaient à repérer les tendances du moment afin d’alimenter leurs blogs et/ou leurs garde-robes et enfin les femmes matures et accomplies aux poches pleines qui n’achetaient que les articles les plus coûteux.  Je fixe dans ma main la petite carte de crédit sombre que James avait laissé sur le siège de sa voiture à mon intention; une chose est sure, elle va chauffer!

Une magnifique robe rouge attire mon attention dans les rayons , elle a une longue traîne et de la dentelle dorée sur les cotés. Lentement, je la décroche de son cintre et guette l’étiquette pendante à son col. Le prix me fait légèrement ciller mais je me rappelle que je n’ai aucune pitié à avoir pour les poches de James, après tout, n’est il pas un riche homme d’affaires? je me saisis de mon coup de cœur rouge sang à la recherche d’une cabine d’essayage quand une voix s’élève derrière moi, supplantant le brouhaha général:

« -Je pense qu’elle vous ira à ravir!

Le jeune garçon en face de moi me sourit de toutes ses dents. Son badge m’apprend qu’il s’appelle Alexandre et qu’il est à mon service. Il a les yeux noirs comme la nuit et ses cheveux sont coiffés à ras, il n’a pas l’air de venir ‘ici.

-Je parie que vous dites ça à toutes vos clientes! Je vais l’essayer mais je vous en tiendrais rigueur si elle ne me va donc pas je vous préviens.

-Je ne m’en fais pas pour ça,  je sais que vous sublimerez cette robe

Je ne sais pas si je rougis à cet instant précis donc  dans le doute je m’enfuis dans la cabine d’essayage loin de ce vendeur téméraire. A ma sortie , il m’attend devant le grand miroir central.

-Vous voyez? elle est parfaite sur vous.

Il n’a pas tord, cette robe est à tomber. Je fais des petits tours sur moi même face à la glace.

-C’est en quelle occasion?si je peux me permettre… un rdv galant?

-Non …enfin, techniquement oui…mais c’est plus une réception qu’un dîner en tête à tête…

-ça m’a l’air bien compliqué tout ça dites moi…

-Je ne vous le fait pas dire…

Alexandre m’indique le canapé beige à sa gauche et m’incite à m’y asseoir; je m’exécute quoi qu’un peu sur la réserve. ça fait partie des missions des vendeurs maintenant de taper la causette?

-Vous ne pouvez pas sortir de ce magasin avec cette robe si je ne suis pas sure que vous allez vous amuser ce soir…

-Et qu’est ce qui vous fait penser que je ne vais pas m’amuser ce soir …Alexandre?

-Eh bien , vous avez l’air d’en avoir énormément sur le cœur…

Dans les yeux d’Alexandre , je n’arrive à rien déceler , il est énigmatique; Pourtant je ressens l’envie de lui parler, de me confier à lui. Il y a chez lui une aura apaisante, je lui fais confiance , je ne sais pas pourquoi. Alors je m’ouvre , je déballe tout, je lui parle de moi, de Carla, Zack, et de l’école; je lui parle de ma passion pour les escarpins, de mon appartement jamais en ordre, de mes parents complètement envahissants…Puis je fais une pause et je reprends mon souffle. Il ne dit pas un mot, autour de nous, les clientes défilent riant, chahutant, chuchotant. Avec hésitation d’abord, je lui parle de James, de nous deux, de notre histoire, puis je me lâche et lui parle de sa femme , de sa trahison et du gala de charité. Quand je finis mon monologue, on dirait qu’un poids de 40 tonnes a été ôte de mes épaules; je me sens si légère…

Alexandre me fixe encore pendant quelques secondes sans rien dire , je suis mal à l’aise et je commence à redouter ce qu’il pourra bien faire comme commentaire. Le verdict tombe, il me sourit gentiment puis me dit:

-Est ce que vous avez un cavalier pour ce soir?

Sa question me prend totalement au dépourvu. Je reste perplexe quelques instants puis lui répond:

-Je vous l’ai dit, James m’y a conviée…

Il fronce ses sourcils broussailleux et me dit suavement:

-Mais vous n’irez pas avec lui n’est ce pas? J’ai cru comprendre que vous le détestiez quelque peu ces derniers temps…Alors pourquoi lui faire le plaisir d’y aller avec lui?

-Mais avec qui voulez vous que je m’y rende?

-Cela me ferait vraiment plaisir de vous y escorter .

Je reste sans voix. Je suis choquée et amusée à la fois. Je ne l’avais pas vu venir celle là! Décidément ce vendeur ne manquait pas de toupet! Et moi alors? Raconter ma vie comme cela à un parfait étranger; ça m’apprendra! Quoique son idée est plutôt pas mal en fait; James ne s’y attendra surement pas et ça sera un bon moyen de le faire enrager: me pointer à son gala de charité accompagné d’un beau jeune homme…

Je décide d’en apprendre un peu plus sur mon potentiel futur cavalier. Alexandre vient d’Espagne mais a grandi en Afrique du Sud. Ses parents sont arrivés ici il y a 5 ans avec ses frères et sœurs. Il a obtenu son diplôme il y a deux ans et est entré dans une prestigieuse école d’ingénieur. Malheureusement sa bourse d’études a pris fin après sa 1ère année et il a du arrêter ses études et se trouver un boulot afin d’économiser pour pouvoir continuer. Son domaine? l’aéronautique . Je ne peux m’empêcher de l’imaginer avec des lunettes d’intello. Il a 21 ans et des fossettes magnifiques; il est trop chou. J’ai envie de le prendre dans mes bras et de l’attacher à mes talons. Si il n’était pas si jeune…

-Bah écoute Alexandre, je vais de ce pas demander l’avis de ma conseillère personnelle en décisions catastrophiques, Carla. Si elle est d’accord alors tu seras mon cavalier ce soir.

En 2 mn j’explique  la situation peu commode à Carla. A la fin de mon récit, elle ne me demande qu’une seule chose: une photo d’Alexandre. Je lui en envoie  une et elle me renvoie immédiatement un texto : « Approuvé »

Sacrée Carla, tellement prévisible la meuf. J’annonce la bonne nouvelle à Alexandre qui ne me quitte pas des yeux. Son sourire s’élargit et ses yeux deviennent rieurs. Une journée de travail et un rendez-vous pour lui, y a de quoi sourire. Mon nouvel ami se met rapidement debout, rajustant sa chemise noire , il me lance:

-Allons donc vous chercher tout ce qu’il vous faut pour ce soir.

Je me saisis de sa main tendue et me laisse entraîner par lui dans les recoins les plus froufrouteux de la boutique.

14H45

Shopping terminé, je sors de la boutique de mode et m’engouffre dans la voiture de James avec tous mes sacs. Bilan de la journée: 2 magnifiques robes de soirée, une robe de cocktail couleur saumon, 3 paires d’escarpins , 1 pochette de soirée et enfin un cavalier pour ce soir. Alexandre a proposé de passer me prendre chez moi , il a promis d’être impeccable, son unique but étant de faire enrager James pour moi! Il est vraiment a-do-ra-ble ce garçon. En parlant  de James , il me passe un coup de fil, il veut surement savoir comment se sont passées mes courses. Je refuse de décrocher; après tout il m’a donné ma journée, je ne suis pas de service. Ma prochaine destination? le spa! il est temps de me faire du Bien !

18H45

Je viens de finir de me parfumer pour la 3ème fois quand la sonnerie de ma porte d’entrée retentit. Alexandre est vraiment ponctuel , et tant mieux car pour une fois je suis prête à temps! Ça se fête! Je virevolte dans ma somptueuse robe rouge à travers le salon , interceptant mon sublime reflet dans le miroir, je suis de très bonne humeur. Quand j’ouvre ma porte, mon sourire s’évanouit. James est sur le pas de ma porte, impeccable dans un costume gris avec nœud papillon noir; il a rasé sa barbe de 3 jours, il parait plus jeune. Il ne sourit pas, il n’a pas dû apprécier mon silence téléphonique de la journée. Il me détaille rapidement mais ne dit mot; je suis présentable je pense, sinon il aurait grimacé. Avant même que je ne puisse sortir un mot, je distingue une silhouette fine qui s’avance dans le couloir et se rapproche de nous. Un bouquet de fleur à la main, Alexandre est désormais lui aussi sur le pas de ma porte. Il est élégant dans son costume noir; sans cravate, il a laissé les 2 premiers boutons de sa chemise immaculée ouverts. Les deux hommes se dévisagent un instant, pendant que moi mon cœur cesse progressivement de battre. Je suis pétrifiée, muette, immobile.

La suite au prochain post 🙂

Lachez un com’

Twitter: alice_oyono

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s