Chronique : JOYCE TSALA nous parle de l’orgueil

Je fais mon premier pas dans « l’écriture » (Soyez donc indulgent lol)  et je vais parler aujourd’hui d’une notion qui est malheureusement trop souvent prise à la légère par beaucoup de personnes (moi la première) : l’orgueil.


Accrochez-vous, ça va être long ;p

Douglas Kennedy a dit un jour que « l’orgueil est la force la plus destructrice qui existe au monde, celle qui nous pousse à ne plus considérer que la pulsion de ne défendre que nos si fragiles certitudes, et donc d’ignorer toutes les autres interprétations du scénario qu’est notre vie. »

Je pense qu’il n’avait pas tort.

La plupart du temps, on commence à développer notre orgueil soit en se persuadant du fait que l’on n’a besoin de personne pour atteindre nos objectifs, soit en restant figés dans notre petit monde ou nous sommes les rois/reines, et ou l’attention ne DOIT aller que dans un sens : des autres personnes à nous. Cela se traduit, dépendamment du contexte, par plusieurs attitudes : On ne demande jamais d’aide à personne, on ne veut jamais se confier, on ne prend quasiment jamais d’initiatives quand il s’agit d’aller vers une personne, tous nos projets sont toujours réaliser « en solo« , on se force à ne pas faire transparaître d’émotions qui pourraient dévoiler certaines facettes de nous, etc.. On reste donc confortablement cloîtré dans ces façons de penser, jusqu’à ce que tout aille mal et qu’on se retrouve à prier tous les Dieu pour qu’ils nous aident à nous sortir de là, sans jamais penser au fait qu’il vaudrait peut-être mieux commencer par changer …. nos habitudes  ? Mais non surtout pas !! Apres tout on fait tout de la meilleure des manières, c’est juste le monde extérieur qui ne coopère pas !

N’est-ce pas ?

Et bien pour une personne qui camouflait toutes sortes de sentiments derrière son orgueil, laissez-moi vous dire que la réalité est toute autre, et elle réside en ce fait qu’on a TOUJOURS besoin de quelqu’un. Etre satisfait exclusivement par soi-même sans ne jamais solliciter personne est à mon (nouveau) sens quasiment impossible. Et être convaincu(e) du contraire serait faire de son entière existence un véritable casse-tête.

Si, comme toute personne normalement constituée, on décide de dédier notre vie sur terre à relever les différents challenges qu’on se fixe, que ce soit sur le plan sentimental ou alors professionnel, l’orgueil ne nous galvanisera en RIEN, bien au contraire. C’est une source d’échecs permanents qui place beaucoup plus d’obstacles dans notre vie qu’elle ne nous en fait surmonter.

Sur le plan professionnel : Dans notre quotidien, il y aura toujours des personnes qui seront plus expérimentées que nous, plus matures que nous et qui seront passées par beaucoup plus de choses que nous. Solliciter leur aide pour x ou y raison ne fait en aucun de nous des personnes faibles ou bonnes à rien. A l’inverse, cela nous permet de mettre toutes les chances de notre côté. En nous imprégnant du savoir des autres et en apprenant de leurs erreurs pour ne pas refaire les mêmes.

Il n’y a que comme ça qu’on va de l’avant et qu’on réalise nos rêves.

Sur le plan sentimental : ALORS LA ! Prétendre qu’on n’a besoin de personne pour être heureux est un leurre total. On a besoin de cette personne qui croit en nous, nous écoute, qui est là quand ça ne va pas, qui nous voue une attention spéciale et pour qui on a envie de donner le meilleur de nous-même, à qui on a envie de prouver qu’on peut y arriver !

Malheureusement, en étant orgueilleux, on éloigne inconsciemment toutes ces ondes positives de nous et de ce fait, nous nous retrouvons privés de tellement d’opportunités..

L’orgueil n’est peut-être au fond qu’une réaction qu’on adopte face à la peur, la peur de s’ouvrir, la peur de paraître moins autonome qu’on le souhaiterait, la peur de se rendre compte que seul, on y arrive moins bien..

Dans tous les cas, mes chers, sachez saisir vos chances quand elles se présentent à vous. Ne vous remplissez pas d’orgueil quand il faut se mettre en position de pseudo demandeur. Le savoir c’est le pouvoir et on apprend tellement des expériences de ceux qui nous entourent. Quand vous en avez besoin, demandez, quand vous faites des erreurs, reconnaissez les, quand votre conjoint/e décide de s’en aller, retenez le/la. Aimez autant que vous pouvez, malgré les déceptions, laissez les autres vous approcher, vous conseiller et vous aimer à leur tour et surtout, ne cessez jamais de croire en vous et en ce à quoi vous aspirez.

N’oubliez pas que tout commence par une remise en question, faites la quand tout n’est pas perdu afin que vous n’arriviez pas quand il sera trop tard.

JOYCE TSALA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s