2017, l’année des grandes réalisations ?

C’est la fin de l’année, vous savez la période des traditionnelles résolutions que l’on ne tiendra certainement pas. Le temps tout de même pour moi de faire un point sur mon année 2016 qui bien sure n’est pas encore réellement achevée et mettre par écrit les ambitions pour l’année 2017 à venir. Alors on y va ?

L’année 2016 a commencé de manière assez particulière car elle marquait pour moi le début réel d’une nouvelle vie. Adieu les bancs de l’école, place à la vie, la vraie. Vous savez celle où on doit chercher du boulot, s’assumer, mettre en place des projets et j’en passe. Cela ne me faisait pas vraiment peur car au final c’est un peu ce que j’attendais depuis un bon moment maintenant. J’étais même plutôt contente de pouvoir me jeter dans la gueule du loup. J’ai donc décidé de vous faire un marathon des moments / choses, qui ont marqué mon année 2016, pourquoi et surtout ce que j’en ai retenu, car au final quand on fait un bilan c’est pour détecter ce que nos expériences nous ont apporté.


1.Mon recrutement à AFRICA 24

En réalité, je fais vraiment ce que j’aime

Sans aucun doute, AFRICA 24 reste et demeure mon meilleur accomplissement de l’année 2016. Je m’y sens tellement bien tant humainement que professionnellement car je réussi à en apprendre non seulement sur moi même mais aussi sur les autres sans oublier que professionnellement c’est une expérience unique, presque rêvée et au cours de laquelle tous les jours je gagne en compétences. En réalité, je fais vraiment ce que j’aime : raconter des histoires, raconter ce que je vois, ce que je vis, ce que je ressens à chaque reportage, à chaque descente sur le terrain. Le bouquet final est bien sur de pouvoir me retrouver au sein du service WEB. Depuis toute petite, je suis juste une accro à tout ce qui est technologie. J’ai eu mon premier téléphone portable en CE2. En ce qui concerne les réseaux sociaux, toute personne qui me connait un peu sait que je passe ma vie dessus. Car pour moi c’est une bonne vitrine sur le monde. J’apprends beaucoup sur ce que les gens pensent et sur les tendances en me baladant toute la journée sur les réseaux sociaux. J’observe, je prends des notes et j’analyse la façon dont les internautes traitent une information, réagissent à celle-ci, etc… Et pourvoir réellement le faire dans le cadre de mon métier, c’est tout simplement pour moi une aubaine, un rêve, une vraie chance. Je retiens donc tout simplement qu’il ne faut négliger aucun de nos hobbies dans la vie, même ceux qui vous semblent les plus farfelus ou les plus bêtes, peuvent s’avérer les plus utiles pour vous.


2. Les Présidentielles au Gabon

Deuxième moment fort de mon année 2016, lié d’ailleurs à AFRICA 24, l’élection Présidentielle au Gabon. J’y suis allée dans le cadre du boulot. En réalité c’était la première fois pour moi de vivre  une élection en Afrique au plus près et j’ai été bluffée. Positivement comme négativement bien sure, mais ça restera marqué dans ma mémoire. C’est un sujet sur lequel je n’en dirais pas beaucoup plus de peur de laisser transparaitre mes avis personnels surtout en tant que Journaliste, je ne veux aucunement prendre position sur ce sujet, mais j’en tire énormément de leçons en ce qui est du fonctionnement géopolitique mondial d’une part et de la politique en Afrique.


3. Relation à distance bénéfique

Cette relation à distance en somme a été une bonne chose pour moi en tant que jeune adulte

Si vous me suivez un peu sur les réseaux sociaux, vous saurez que mon Bae est parti en décembre dernier pour un an de formation pour devenir officier de l’armée camerounaise. Une situation qui a été très perturbante pour moi qui avait déjà construit ma façon de vivre autour de lui. En effet, nous avons sensiblement les mêmes ami(e)s, je suis plus ou moins habituée à trainer tout le temps avec lui et tout simplement je me suis habituée à l’avoir pas très loin du moi ou du moins il n’a pas été depuis presque 4 ans aujourd’hui inaccessible. Alors vous imaginez bien que cette expérience  au cours de laquelle il était presque impossible d’échanger par téléphone, de se voir, etc … c’était pour moi très perturbant. Ça a énormément jouée sur mon année, car j’ai envie de dire, il s’est positionné pour moi comme un modèle de vie. J’ai été assez bluffée de voir comment il a été motivé à prendre sa décision, à changer totalement et à s’engager. Et ce, malgré toutes les difficultés que cela implique. Du coup, ça m’a donné envie de me dépasser, d’aller au delà de mes limites et faire ce que j’aime, de réaliser mes rêves. Cette relation à distance en somme (je le dis peut être parce que maintenant il est revenu sur Yaoundé), a été une bonne chose pour moi en tant que jeune adulte, car cela m’a permis de me connaitre moi même au niveau professionnel, social et sentimental. Cela m’a permis d’avoir une meilleure visibilité sur mes sentiments et sur ce que je veux dans la vie. Comme on dit très souvent, ce qui ne vous tue pas, vous rend plus fort. J’en sors donc beaucoup plus forte et beaucoup plus sure de l’orientation que je veux donner à ma relation amoureuse.


4. L’arrivée dans ma vie d’un petit être plein de poils

Il est très présent sur mon Snapchat, il est de couleur noire et blanche, très agité, désordonné et il s’appelle OREO. Oui ma petite boule de poils acquise en fin de l’année 2015. C’est un être très attachant. Je l’aime beaucoup ce petit garnement même si vraiment j’avoue avoir louper deux – trois choses dans son éducation en tant que chien. Il a plus d’un an maintenant et vraiment il illumine ma petite vie. Tellement câlin, adorable et beau. Je n’arrive pas à être vraiment sévère avec lui et il l’a remarqué. J’espère que je vais gagner en autorité quand j’aurais des enfants sinon ils me prendront vraiment pour leur marionnette.


5. La création d’une nouvelle plate-forme

Oui encore une ! Et cette fois-ci je ne compte pas l’abandonner. Il s’agit de Black Women Of Industry. Je ne sais pas si vous avez vu passer mes post là dessus sur les réseaux sociaux, mais avec d’autres jeunes africaines comme moi dont Alice avec qui je possède ce blog, nous avons lancé cette plateforme dont le but est de présenter des femmes afro descendantes qui ont un parcours inspirants, qui essayent de faire bouger les lignes et ce quelque soit le domaine. Elles peuvent être jeunes, très célèbres ou un peu plus vieilles et voir même pas connues du grand public, mais quand nous ressentons en elles, une potentielle source d’inspiration, alors nous les mettons en avant. Bien sur, nous faisons aussi de l’actualité comme tout bon magazine féminin : sur la mode, la beauté, la cuisine ou encore les People. Nous venons juste de démarrer cette aventure, nous n’avons d’ailleurs pour l’instant aucun réel objectif commercial. Ce qui nous intéresse c’est le partage. Je vous invite d’ailleurs à en parler autour de vous, à visiter la plate forme et pourquoi pas à rejoindre l’équipe car au final plus on est de folles et plus on rit n’est ce pas ? Alors rendez-vous sur blackwomenofindustry.com


6. Mon séjour à Dakar, une vraie expérience humaine.

Merci à Linette, Deo Gratias, Oumou et Abietou qui ont rendu mon séjour magnifique au sein de ce pays.

Comme vous le savez (ou pas d’ailleurs), j’ai passé presque huit mois à Dakar au cours de l’année 2016 dans le cadre de mon recrutement au sein d’AFRICA 24. Sérieusement je ne sais même pas par où commencer pour dire à quel point c’était géniale. Non seulement au niveau des rencontres avec mes principaux coups de coeur : Linette, Deo Gratias, Oumou et Abietou, mais aussi au niveau de la découverte. Je vous avoue que je n’avais pas encore vraiment voyagé en Afrique  mis à part le Maroc, avant cette année, j’avais plus été dans des pays tels que l’Allemagne, Le Luxembourg, Dubaï, La Suisse, etc.. Mais j’ai été totalement bluffée par ce que j’ai découvert en terme de développement à Dakar. Je dirais que mon seul regret est de ne pas être sortie de la ville de Dakar pour aller en visite dans le pays, mais une chose est sure, je repartirais pour aller découvrir tous ces paysages magiques. Car, si déjà Dakar a réussi a autant m’émouvoir, je n’ose même pas imaginer l’intérieur du pays. Et encore une fois, merci à Linette, Deo Gratias, Oumou et Abietou qui ont rendu mon séjour magnifique au sein de ce pays. Je ne sais pas s’ils liront ce post, mais vraiment ce sont des personnes magnifiques, magiques et pleines de qualités. Qui resteront pour toujours gravé dans mon esprit et que j’espère revoir aussi vite que cela ne pourra se faire.


7. Mon Big Chop

Désormais, j’ai une relation différente avec mon cheveu

Et oui, je suis passée au naturel (du moins en dessous de mes tissages car pour le moment j’essaye d’en prendre soin afin qu’ils prennent de la longueur). J’ai pris la décision en Mai 2016, de me couper les cheveux et de passer au naturel. Une décision d’autant plus difficile que j’avais déjà une bonne longueur. Et d’autant plus étonnante car y a à peine un an et demi, j’avais pris la même décision mais j’ai fini par re-défriser quand même mes cheveux. Mais cette fois-ci c’est la bonne, je suis décidée. Et vraiment ce n’est pas une question de mode car en fait, je me balade pas beaucoup en mode afro. C’est juste pour le bien être de mes cheveux. Je trouve que je n’en prends pas assez soin. J’avais besoin de recommencer à zéro la relation que j’entretiens avec mes cheveux, les voir pousser les les cajoler, les rendre heureux. Car oui désormais, j’ai une relation différente avec mon cheveu. Je ne ne fais plus que détacher mon tissage, faire un shampoing vite fait et me coiffer à nouveau. Je prends le temps de les entretenir, je mets un vrai budget pour cela aussi et je fais tout pour qu’ils soient en bonne santé. C’est aussi une façon pour moi d’apprendre à prendre plus de temps pour moi. Car au final on travaille beaucoup, on court après la réussite, le succès, l’argent, et des fois on en oublie que nous sommes avant tout un corps, un corps qui a besoin d’être cajolé.


8. L’amitié, quelque chose que j’ai du mal à comprendre

Je ne suis pas douée pour les relations humaines, du moins pour les amitiés, ça ce n’est pas une nouveauté, d’ailleurs si ça ne tenait qu’à moi je n’aurais pas d’amis. En fait c’est le mot ami qui me stress. Je préfère considérer tout le monde comme une personne dans ma vie et trouver un qualificatif à chaque personne, ou du moins mettre des mots plus détaillés pour expliquer notre relation. Pourquoi ? Tout simplement car j’ai été trop déçue en amitié. Je pense que je perds beaucoup de temps à accorder de la considération aux mauvaises personnes, du moins je perdais car maintenant je sais plus ou moins faire la part des choses. Et en terme d’amitié, 2016 et 2015 ont été des années vraiment mouvementées. Plusieurs personnes à qui je tenais particulièrement m’ont blessé, m’ont fait pleuré, ce sont jouées de moi, etc… J’ai compris que j’étais peut être un peu trop naïve, un peu trop gentille ou un peu trop bête (voir un peu des trois). Désormais je n’ai plus d’ami(e)s. J’ai une famille avec des cousines formidables, qui chaque jour me donne envie d’avancer. J’ai des personnes qui partagent ma vie depuis très longtemps et dont je ne me séparerais au final jamais quelque soit les circonstances, j’ai des personnes qui sont devenues pour moi plus que la famille et pour qui je suis prête à faire beaucoup de choses, voilà j’ai des personnes formidables dans ma vie. Je refuse de les appeler des ami(e)s car je considère tout simplement que la relation que j’ai avec eux et beaucoup plus forte qu’une simple amitié que beaucoup de gens réussissent à bafouer pour des détails. Je vous laisse le terme d’amis, moi personnellement je n’en ai pas et ça me va très bien comme ça.


Je préfère remettre tous dans les mains du très haut, que je ne cesserais au cours de la nouvelle année à venir de prier et remercier pour les grâces, les bienfaits et les avantages.


Avec tout cela qu’est ce que j’espère pour 2017 ? Laissez moi vous dire que 2017 je l’ai déclaré : l’année des grandes réalisations.

  • Premièrement il faut que je sache ENFIN conduire mais vraiment quoi, avec le permis qui va avec. Car j’ai réussi à avoir la voiture (même si elle est en panne tout le temps), mais alors conduire, je prends encore beaucoup trop de temps.
  • Me lancer dans ma thèse doctorat. Vous savez en 2016 du moins au début de l’année j’avais décidé de refaire un Master, quelque chose en management public, mais j’ai abandonné. Malgré mon amour pour l’école, ce n’était pas fait pour moi. Et vraiment, je ne prends aucunement cela comme échec plutôt comme une bonne leçon : on doit faire ce qu’on aime et non ce que les autres aimeraient que nous fassions. Par contre pour la thèse, même si au départ je n’étais pas très chaude avec l’idée, je vous avoue qu’elle devient de plus en plus séduisante. Je me laisse donc jusqu’en Avril 2017 pour réellement me lancer.
  • Je veux mettre les bouchées double dans mes projets personnels. Oui, j’ai un peu beaucoup délaissé C’Koment Magazine au cours de cette année 2016, mais en 2017 je veux que ce magazine prenne une autre dimension. Je veux que nous puissions passer un Cap qui va permettre confirmer notre place et notre influence dans ce domaine au sein de la société camerounaise.

Je ne suis pas gourmande, je pense que j’ai déjà ici trois gros projets bien réels et bien prenants à essayer de mettre en place au cours de l’année 2017, pour le reste je préfère remettre dans les mains du très haut, que je ne cesserais au cours de la nouvelle année à venir de prier et remercier pour les grâces, les bienfaits et les avantages.

Par anticipation, je vous souhaite à tous et à toutes de très bonnes fêtes de fin d’année et je vous adresse mes meilleurs voeux pour l’année à venir.

Retrouvez moi désormais sur ma page Facebook personnelle pour suivre en temps réelle également mes activités. Je vous préparer un petit Live Questions / réponses sans concession pour le début de l’année 2017, j’espère que vous répondrez présent(e)s !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s