Confessions d’une fille actuelle(18)

J’étais tranquillement entrain d’avaler ma glace au caramel quand on frappa à ma porte. Un rapide coup d’œil en direction de l’horloge m’apprit qu’il était 2H du matin, l’heure parfaite pour commettre un crime en somme!

« Qui est ce ? » criais je méfiante.

« Pitié faites que ce ne soit pas lui « pensais je

Une voix grave me répondit : « C’est moi »

Bien sur que c’était lui! à quoi je m’attendais en même temps? c’est un classique le coup du je-frappe-à-ta-porte-en-pleine-nuit-pour-m’ecuser! il aurait au moins pu attendre demain pour me débiter X justifications bidons, là je n’étais pas franchement d’humeur (ni en tenue d’ailleurs!)

J’ouvrai la porte le plus violemment possible, manquant au passage de me déboîter l’épaule. J’avais les sourcils froncés, de gros yeux rouges gonflés et sur mon visage gisaient les vestiges d’un make-up de soirée jadis impeccable. Inutile de préciser que James à coté de moi avait fière allure; il était juste légèrement décoiffé et un peu rouge des joues, donc soit il avait couru soit il s’était engueulé avec quelqu’un.

« -Qu’est ce que tu fais ici? je n’ai pas envie de te voir.

-J’ai besoin de te  parler !

Il était déjà entré dans mon living room, me bousculant au passage.

-Bah je t’en prie, fais comme chez toi! lui lançais je, perfide.

Il ne dû pas saisir mon ton sarcastique car il se mit effectivement à l’aise. Il déboutonna sa veste et la jeta sur mon  canapé puis retira ses chaussures cirées noires. Je voulais objecter , réagir face à cet envahisseur, mais tout se passait tellement vite que mon cerveau n’avait pas encore percuté. En même temps il y’avait quelque chose de changé chez lui, je ne l’avais jamais vu aussi contrarié et sérieux à la fois. Qu’était il arrivé après que j’ai quitté ce fichu gala?

Prudente, je décidai de mener l’enquête avant de m’enflammer comme prévu sur mon planning de la soirée. J’allais le rejoindre dans le salon et je pris place près de lui.

-Pourquoi tu as l’air aussi contrarié ? lui demandais je.

-On m’a annoncé une mauvaise nouvelle, je ne sais pas quoi faire! Je n’arrive pas à réfléchir, je ne faisais que tourner en rond chez moi, il fallait que je sorte de là!

Il y avait une petite veine qui battait sur son front, je ne l’avais jamais vue avant.

-Quoi donc? ça ne peut pas être aussi grave que ça! Tu en as parlé à ta mère? à Mary Kay?

-Pitié ne me parle plus d ‘elle!

-Qui donc? ton adorable mère ou la future mère de ton enfant?

J’étais fière de ma pique ! Il avait l’air de l’avoir bien reçue entre les dents comme je l’espérais. Yes! Typhanie 1- 0 James

-Veux tu bien cesser de croire tout ce qu’on te raconte? Mary Kay n’est pas enceinte, ou du moins si elle l’est je ne suis en aucun cas le père de son enfant! Je t’ai répété plusieurs fois que notre mariage était terminé . Je ne l’ai plus touchée depuis plus d’un an.

Il m’avait presque grondée et je me sentais comme une enfant. Je le fixais toute penaude, honteuse sachant pourtant  pertinemment bien que je n’avais aucune raison de l’être. Je ne savais plus quoi penser, un des deux mentait forcément et je ne savais pas qui je devais croire. Mary Kay avait toutes les raisons de me mentir certes, mais ce n’était pas pour autant que je devais croire tout ce que James racontait… Non?

-On est sans nouvelles du vol A676 qui partait de Lagos … mon père était…est à bord!

Son visage s’était transformé, tordu de douleur. Je décidais de mettre de côté ce que je ressentais car une vague d’émotions m’avait soudain submergé; je le pris donc dans mes bras. On aurait dit un enfant, il était tellement désemparé , impuissant. Il se laissa doucement aller dans mes bras et se détendit totalement jusqu’à ce qu’il s’endorme paisiblement, bercé par mes paroles (qui se voulaient) réconfortantes. Je restais assise longtemps comme ça à le regarder dormir sur mes genoux. Ce n’était plus le James sérieux, sûr de lui et maniaque du contrôle à qui j’avais affaire , ce n’était plus qu’un garçon perdu. Je repensais au jour où on s’était rencontrés James et moi, cela semblait faire une éternité, pourtant ce n’était qu’il y a quelques mois. Je n’aurais jamais imaginé que je tomberais aussi facilement entre ses bras… enfin si, je le savais parce que bon, il était impossible de résister à un homme pareil; mais j’avais imaginé que notre relation aurait ressemblé à un conte de fées, que le soleil brillerait toujours et qu’on en ferait même un film (peut être).

Je me rappelais aussi qu’il m’avait dit à quel point il tenait à son père , un jour lors d’une de nos nombreuses conversations nocturnes. C’était son modèle, un des piliers fondamentaux de sa vie. Tout ce qu’il avait toujours fait, c’était pour le rendre fier et aujourd’hui encore, malgré sa réussite professionnelle il cherchait encore à l’épater au quotidien .

L’idée de James en tant que père lui même m’effleura furtivement l’esprit; je la chassais rapidement de ma tête. Il ferait certainement un excellent père , mais il fallait se rendre à l’évidence, nous n’avions aucun avenir ensemble! Sa situation était bien trop compliquée pour moi et j’avais clairement encore quelques problèmes à régler de mon côté! Manque de confiance avéré en moi, manque de confiance chronique aux hommes de toutes races, et la liste était encore longue…

Pff, pourquoi la vie devait elle être aussi compliquée? Pourquoi même après trouvé l’homme parfait on n’avait pas droit à un happy ending avec? D’un autre côté, si je choisissais de tenter le tout pour le tout avec James , de lui faire totalement confiance, qu’est ce que je risquais? Oui il y avait Mary Kay, son ex femme toujours très présente dans sa vie et accessoirement ma patronne; mais James jurait qu’il n y avait plus rien entre eux! Devais je le croire?  Et puis si je m’engageais dans cette voie alors que je n’étais pas encore prête? quelles répercussions ça aurait sur mon avenir, mes études, mon stage, la relation entre nos parents , entre James et mon frère? Tout se mélangeait dans ma tête.Un bon verre de vin n’aurait pas été de refus là !

« Bon de toute façon il n’aura plus la tête à penser à ça maintenant avec toute l’affaire de son père  » pensais je . Au même moment, le téléphone du Beau-au-bois-dormant se mit à vibrer furieusement à mes pieds. C’était un message de sa mère:

« Ils ont localisé l’avion quelque part au sud de l’atlantique, les passagers vont bien! Le pilote a dû effectué un atterrissage d’urgence, il y a quelques blessés mais rien de grave. Grace à Dieu ton père va bien. Repose toi je t’appelle demain. bisous »

Un petit cri de joie m’échappa , j’étais vraiment soulagée, James n’avait pas perdu son père! J’hésitais à le réveiller , il était si beau et surtout tellement silencieux là présentement! Et puis quand il se réveillerait et qu’il apprendrait la bonne nouvelle il voudrait certainement reprendre le sujet « nous deux  » et je ne pensais pas être prête à affronter cette conversation à cet instant là. Il valait mieux que je le laisse dormir et que moi aussi j’aille au lit, comme disait toujours ma mère, « à chaque jour suffit sa peine ».

La suite au prochain post 🙂

Twitter: alice_oyono

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s