Confessions d’une fille actuelle (19)

Mon réveil ce jour là…le moins que je puisse dire c’est qu’il fut agréable.

J’ouvris lentement les yeux, peinant à m’accommoder à la lumière du jour. Tout en m’étirant dans mes draps en soie, mon regard croisa celui d’un beau jeune homme qui me fixait d’un air espiègle. Décoiffé et dépourvu de sa chemise , James  était nonchalamment affalé sur le sofa et … il me souriait! Je ne pu m’empêcher de lui sourire à mon tour et comme si un feu était passé au vert, il se leva d’un bon et vint me rejoindre sur mon lit.

« -Bonjour ma belle

Il était visiblement de très bonne humeur. Mais qui ne le serait pas après avoir appris que son père n’avait pas péri dans un crash d’avion? Il avait toutes les raisons d’arborer ce magnifique sourire. J’étais contente pour lui.

-Bonjour James! T’as eu ta mère ce matin?

-Oui oui , fit il rapidement en hochant la tête, elle a pris un vol pour aller chercher papa. Il doit rester en observation à l’hôpital comme tous les autres passagers pendant quelques jours, mais je suis sure qu’elle arrivera à le faire évader plus tôt.

-Je suis vraiment soulagée et contente pour vous.

Il me gratifia d’un grand sourire et me prit dans ses bras aussi soudainement que lorsqu’il s’était levé du sofa. Il sentait bon, comme toujours. Je me laissai aller quelques instants dans ses bras et profitai du calme plat qui régnait dans la pièce. Notre étreinte ne dura pas et déjà, il s’était levé et m’avait entraîné avec lui vers la douche.

-Prépare toi , me dit il, nous avons une journée chargée aujourd’hui.

Il me poussa dans la salle de bain et disparu ensuite dans la cuisine sans me donner plus d’explications. Comment ça une journée chargée? Qu’est ce qu’il mijotait encore celui là? Dans tous les cas je ne me voyais aller nulle part avec lui et je comptais bien me tenir à mes résolutions le concernant!

Je pris tout mon temps pour me préparer et fournis le minimum d’effort pour paraître tout juste présentable devant lui. Mon intention de n’aller nulle-part devait se lire sur les 2 petits boutons rouges et les cernes bleues que j’avais délibérément refusé de dissimuler sous un quelconque maquillage.

En chemin vers mon placard, je fus intriguée par le vacarme dans la cuisine. Je resserrai mon peignoir autour de ma taille et je décidai d’aller tirer au clair cette histoire. Je trouvai James en pleine bagarre avec mon mixeur, apparemment il essayait de faire un smoothie. Je pouffai de rire et il se retourna vers moi, tout penaud.

-Je n’ai jamais rencontré quelqu’un de plus têtu que toi Typhanie. Pourquoi est ce que tu garde ce vieux machin capricieux? il y en de meilleurs appareils sur le marché…ceux là ils fonctionnent en plus!

Je contournai le plan de travail et vint lui reprendre la machine des mains.

-Il a du caractère celui ci , répondis je simplement.

Je le remis en marche comme moi seule savait le faire et je nous préparais des smoothies fraise -banane, mes préférés. Je me rendis compte qu’il avait déjà eu le temps de brouiller les œufs, de griller le bacon et de toaster le pain; la table était faite et parfaitement dressée en plus de ça! Il me décrocha un autre sourire quand il vit mon expression faciale. Fallait l’avouer, il était charmant.

Nous prîmes donc le petit déjeuner et discutâmes gaiement de tout et de rien. Il me conta les stupidités qu’il avait pu faire en compagnie de mon frère à la fac, les petits ragots du boulot et certains de ses voyages à l’Etranger.  Il était vraiment dingue de Sydney , Séoul et Tokyo; pour lui c’était des villes vivantes, possédant une âme. Il promis de me les faire visiter un jour. Il me reprocha de le « cacher » au vu et au su de tous, se plaignit de ne pas connaitre mes amis et de n’être qu’un jeu pour moi. Je ne pu m’empêcher de rire en découvrant son air sérieux et je le laissai déblatérer sur son soi-disant mal être. Je lui rappelai bien au passage que nous n’étions plus un couple lui et moi, mais cela sembla tomber dans les oreilles d’un sourd car il continuait à argumenter sur à quel pont je ne l’aimais pas. J’avoue que je n’écoutais plus trop, je ne voulais pas me laisser entraîner dans son petit jeu et me mettre à défendre les sentiments qu’il savait pertinemment bien que j’avais pour lui.

Voyant donc que j’accordais plus d’attention à mon smoothie qu’à lui, il marqua un temps d’arrêt. Il me fixa longuement puis lâcha de but en blanc : « Faisons un bébé »

Je failli m’étouffer avec ma fraise-banane. Avais je bien entendu?

-Pardon? lui demandai je, interloquée

Il se leva de sa chaise et se planta devant moi (vous ai je précisé qu’il n’avait pas de chemise sur le dos? ). Se rabaissant à ma hauteur, il me le répéta:

-Faisons un bébé. Je veux que tu sois la mère de mes enfants.

J’avais beau chercher mais je n’arrivais à distinguer aucune émotion sur son visage. Il devait se jouer de moi! Il ne pouvait résolument pas être sérieux! Le souffle me manquait pourtant pour lui cracher l’énorme « NON » qui était au fond de ma gorge. Hier encore je pensais qu’il allait être le père de l’enfant de Mary-Kay et aujourd’hui il envisageait de me foutre en cloque? Mon cerveau ne pouvait pas traiter autant d’informations et de sentiments à la fois, donc il fit ce qu’il savait faire de mieux: il planta.

James resta la , penché vers moi à me regarder dans les yeux. Il s’attendait surement à une réponse mais elle ne venait pas. Il dut se dire que ce n’était pas un « Non » en tout cas et las d’attendre, il m’embrassa . Oui je lui rendis son baiser, mais ce n’était que pure politesse, croyez moi.

Comment voulait il que je réfléchisse, que je pense froidement quand il m’embrassait de la sorte? Il me souleva sans efforts de ma chaise et me porta jusqu’au sofa. Je sentais son corps chaud contre moi malgré l’épaisseur de mon peignoir; cela me fit frissonner. Une petite voix me souffla que ça risquait de dégénérer; il venait tout juste de parler de reproduction et il était torse nu au dessus de moi sur un sofa … le calcul était vite fait. Je me débattit (intérieurement) pour arrêter de l’embrasser et m’extirper de ce piège, mais je n’en eu même pas l’occasion. Déjà il avait cessé de m’embrasser et s’était éloigné de mon corps crispé.

-Finis de te préparer s’il te plait, comme je te l’ai dit, nous avons une journée chargée devant nous. Je vais me doucher!

Je le regardai partir vers la douche, admirative de son self-control et encore un peu sous les brumes de ce baiser. Je me relevai à mon tour et filai vers mon placard, ma destination initiale avant tout le ramdam de ce matin (soupir). J’enfilai rapidement une robe moulante et une paire de talon de couleur chair. J’étais plus ouverte au maquillage à ce moment là, allez savoir pourquoi?  James me trouva devant le miroir, j’appliquais la dernière couche de mon rouge à lèvre.

-Tu es très belle Typhanie

Une vague de chaleur m’envahit et je lui fis un sourire timide en guise de merci.

-Alors où allons nous?

-Si je te le disais ce ne serait plus une surprise n’est ce pas?

Il ferma le dernier bouton de sa chemise et ramassa ses clés sur la table basse. Puis il m’entraîna avec lui hors de l’appartement. Une partie de mon cerveau restait bloqué sur la possibilité de devenir mère. Étais je prête? Était ce même envisageable? et puis pourquoi maintenant? Je regardais James démarrer son auto et repositionner ses rétroviseurs, mais j’étais loin, perdue dans mes pensées. Il y avait chez cet homme , quelque chose qui inexplicablement, m’attirait. Je savais qu’il pouvait me faire faire à peu près n’importe quoi , fallait bien l’avouer, j’étais totalement éprise de lui. Mais un enfant? l’engagement à vie quoi!  Comme si il avait lu dans mes pensées, il se retourna vers moi et me souffla:

-Je t’aime.

Mon cœur fit un bond dans ma poitrine…Tout compte fait, je prendrais peut être le temps de reconsidérer cette idée de bébé…

La voiture démarra vers une destination inconnue et me laissa perdue dans mes pensées.

La suite au prochain post 😉

Twitter: alice_oyono

 

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s